Are Online Slot Machines Rigged?


In recent decades, gambling has developed very strongly in many countries, to the point of representing a significant share of leisure jobs, to contribute significantly to the state budget and to actively contribute to the growth whole sections of the local economic fabric. This phenomenon is not unique to North America, where it occurs paroxysmally (Thompson 2001, Lyman Mason & Nelson 2001). In Japan, the researcher Thierry Ribault (1998) noted that the only game of "pachinko" provided in 1998 no less than 340 000 jobs and was "one of the most important market service sectors of the country" [1] [1] and As the author recalls, this game "consists of …. Europe does not escape the phenomenon. For example, in 2000, published in the newspaper Tiempo , the Courrier International reported on a project to build a city in the Spanish region of the Channel that was entirely dedicated to the Las Vegas-style game. [2] [2] "Las Vegas in the land of Don Quixote" - In Courrier ….

With the development of gambling is posed the crucial question of the posture of the authorities. For example, in a context where critics "denouncing the growing importance of easy money in the Greek mentality" became increasingly critical, the Hellenic government decided at the beginning of 2002 to ban the entire country. all electronic games operated in public places in order to avoid their possible "diversion" into gambling [3] [3] General AFP Dispatch, International, 21 February 200 ….

Because of the success that they encounter wherever they have been established, slot machines are a particular source of concern for state authorities. Thus, recently, they are at the heart of a vast debate on the game and its implications, which involves many influential actors of the Russian political field and which revolves around important topics such as organized crime, morality or addiction [4] [4] See Fabrice Node-Langlois: "Moscow wants to attack ….

What about France? Since the authorities decided to allow the introduction of machinery in casinos in 1987, the operation of these gaming establishments has been disrupted. [5] [5] Entitled "Relations between local authorities. Slot machine room attendance has increased dramatically to the detriment of that of traditional gaming rooms. Thus, over the period 1987-2001, the annual number of entries in the traditional gaming rooms increased from 2,266,429 to 2,651,207 while, for the machine rooms, it has increased dramatically: 1,698 680 to 66,205,449 [6] [6] Digits of the Audit Department of the Sub-Directorate …. Moreover, this phenomenon was accompanied by a phenomenal growth of the Gross Product of the Casino Games [7] [7] The Gross Product of the Casino Games is constituted …: thanks to the slot machines, the turnover of the casinos has gradually been exceeded to those of the Française des Jeux and the Paris Mutuel Urbain [8] [ 8] On this point, cf. the report n ° 3320 made by the deputy …. Finally, a process of increased concentration of the casinos sector has taken shape for the benefit of ever more powerful groups engaging in severe competition [9] [9] Cf. Nathalie Conte and Christine Lagoutte, ….

At the same time, gambling addiction has developed as the expansion of the casinos' slot machines has increased. During the 1990s, this phenomenon began to be the object of more and more precise analyzes in France. Thus, in 1993, in the report Dependent players. An unknown population in France written on behalf of the Credoc based on the analysis of the situation of more than 200 players who made contact with his association "Sos players", Armelle Achour-Gaillard (1993) highlighted some specificities related to slot machines in addiction. In particular, she pointed out that women were more likely than men to play this type of game exclusively.

Nine years later, this psychologist, while recognizing the difficulty of developing a typical portrait of the pathological gambler, indicated that many of the points raised in her initial study had proved to be "constant": depression, delinquency, banking prohibition, suicide attempts, etc. [10] [10] About Armelle Achour included in the article by Jean-Michel … So many problems that she estimated to be mostly related to slot machines. Indeed, out of the 1,274 requests for help registered by "SOS players" in 2002, nearly two-thirds concerned a dependence on this type of game [11] [11] Cf. Jean-Michel Normand, "" Accros "to the machines to …. A proportion that, in 2006, does not seem to have varied if one sticks to its declarations:" More than 66% of the requests for help concern the slot machines , 23% the PMU and 16% the Rapido [12] [12] "SOS players", in The Republican Lorrain, January 13th …. »

In 1997, the publication at the Presses Universitaires de France by psychiatrists Marc Valleur [13] [13] Currently Head of Department, Medical Center Marmottan … and Christian Bucher [14] [14] Psychiatrist, Hospital Center, Jury-les- Metz. of a "What-I-know? " The pathological gambling was another important step in the process that led some researchers to highlight the link between slot machines and addictive behaviors. Indeed, the exhaustive table drawn up by these two authors on the ludopathy shows clearly how particularly with the slot machines, the question of "dependence". First of all because these devices refer to a weak socialization: "The solitary character of this practice is a possible cause of its abuses, and shows the importance of the places of the game, as space of socialization, and of different practices" ( 17). Secondly, with slot machines, casinos "tend to open up to as many people as possible" (p.19). Finally, because "the payment of an entrance fee to casinos does not concern access to gaming halls with slot machines" (p.115).

First, the author invites to a "deconstruction of the object" compulsive gambling "". According to him, it is indeed absolutely essential to undertake research that would take into consideration the way in which a plurality of actors of different nature contribute to the emergence of a definition of this object: casinotiers and other playful operators, public authorities (elected officials, interior minister, racing and games sub-director, etc.), researchers, media sphere, etc.

J.-P. Martignoni-Hutin also insists on the need to advance knowledge to better conceptualize the concept of problem gambling. This is a transdisciplinary undertaking that is recommended in order to encourage the cross-fertilization of the various scientific approaches in this field and to "test" their relevance on concrete objects of study.

The third priority identified is to initiate studies on how psychiatrists, psychologists and other actors involved in the care of players in difficulty contribute concretely in their daily activity to produce data on pathological gambling. Finally, it is to a vast inquiry into the prevalence of gambling that the sociologist calls for. Suspected of focusing on certain specific types of games such as slot machines, such an approach should also be of more general interest to all gambling operators and to the many aspects of forms of gambling that until now have been little invested in the human sciences: cybercasinos , stock games, etc.

In addition, J.-P. Martignoni-Hutin is in favor of research based on stories of the lives of players and calls for the implementation of empirical investigations on certain topics about which knowledge is also sorely lacking: management of the national file of forbidden casinos, for example.

Here, in a nutshell, the consequences generated by the state decision to introduce slot machines in casinos have been decisive in the development of addictive games because they have helped to significantly increase the legal gambling offer. on the territory. This decision, however, was not easy to impose and without provoking strong political controversies whose nature is often unknown. A return to the past is essential to trace the conditions that led to its emergence. This genealogical approach highlights the social, economic and political or technological issues that the issue of slot machine operation in France has been addressing since the late 1970s. It also helps to better understand the changing position of the State. facing these devices. The latter, underpinned at times by divergent imperatives, is not unambiguous and contrasts with the unyielding stance of the public authorities vis-à-vis other "more classical" addictive narcotic uses.

In the early twentieth century appeared in France the first automatic machines. Faced with this new phenomenon, the attitude adopted by the authorities is, until the period before the Second World War, fluctuating. The measures that the public authorities have to adopt to regulate it betray their hesitations. Certainly, the ban on the exploitation of slot machines is very early proclaimed [16] [16] To justify its prohibition business, the prefecture …. However, a tolerance is granted for machines redistributing chips that can to give rise to an alcohol consumption in the places where they were issued. [17] [17] This tolerance is notably provided for in a circular …. It is only before the 1914-1918 war that a political current favorable to the prohibition of all types of vending machines [18] [18] This question is particularly at the heart of a proposal …. This principle will be definitively decreed in 1937. Indeed, Marx Dormoy will adopt, under the third cabinet Chautemps, a decree-law dated August 31, 1937 which will put a definitive end to the exploitation of all machines whose operation is based on the address or the chance, whatever the modalities of redistribution adopted [19] [19] Cf. OJ of 1 September 1937, p. 10054. With this decree, ….

Unlike the first third of the twentieth century, the war boom is a period during which the issue of the exploitation of slot machines little concern to the government because it is more than an epiphenomenon [20] [20] "The machines Slowly seemed a distant memory …. It was not until the first years of the decade 1970 to see appear on the French territory of new forms of machines. The ever-increasing implementation of these multi-part devices is perceived as a real threat by the state as many of them are converted into real slot machines. In addition, there are many indications that their exploitation has largely fallen under the thumb of the "middle". Public authorities can, however, be held directly responsible for this development which forces them to take appropriate measures.

"Coffee games" turned into slot machines

At the end of the 1970s, machines were started to be used in France whose design is now made possible thanks to the technological progress made in the fields of micro-computer, video and electronics: pinball machines, but also "jackpots" »And« video-pokers ». These devices can be operated using parts and have a counter that can display a number corresponding to a quantity of parts that can be replayed for free. Presented as simple entertainment games, some of them will however quickly see their original function diverted and be transformed into real slot machines.

"A bar of immigrants, somewhere in Seine-Saint-Denis. It could be in Val-d'Oise or in some parts of Paris […]. Ali is there in front of the "jackpot" surrounded by two or three coreligionists. He has just changed at the cashier two 100-franc notes against pieces of ten francs which he nervously introduces into the proper slot. Press keys, see spinning reels, re-press, the game would soon become boring if there was no hope of a financial counterpart. Highlighted on the machine, a placard states that it is only a "amusement device". Yet Ali is obstinate. The stock of coins dwindles in his hand. Last but one ! Suddenly, the lights flash, a little repetitive noise crackles. The player's face lights up: the counter marks three hundred! He calls the boss who checks and shakes his head. Ali's hand passes behind the machine, presses a small button and the counter drops to zero. The lucky winner goes to the cash register and the cafekeeper gives him three 100-franc notes. He was lucky this time, but the day before he had "left eight hundred bullets in this machine."

"A significant number of new types of automatic gambling machines have recently been introduced in publicly accessible facilities, particularly in public houses. These "multi-party devices" numbered about 15,000 in December 1981 and 35,000 in December 1982. In the first three months of 1983, the establishment of 20 000 additional devices, bringing to approximately 55 000 the number of machines currently in service […]. According to the information collected by your rapporteur at the Ministry of the Interior, this sector of activity would have, in 1982, a turnover estimated at 9 or 10 billion francs stakes. […] As for the product of the games for the owners and the operators of the machines, it is estimated at more than 4 billion francs for 1982. […] Each machine providing an average monthly revenue evaluated at 10,000 francs in 1982. "

Since the early twentieth century, the implementation process ever more massive of these new machines tends to take shape without being regulated by the State [23] [23] In the early 1980s, this process is particularly .. .. The latter does not fix the redistribution rate of these devices. Moreover, the huge amounts of money they generate escape him. These are all problems which, from the beginning of the 1980s, are starting to be raised more and more by many parliamentarians of different political tendencies. Over the period from 1980 to 1982, a dozen written questions put to the Minister of the Interior by parliamentarians aim to denounce the worrying nature of the increase in the number of these machines. [24] In the Senate: Francis Palmero (question no 32598 in the OJ ….

An activity under the influence of organized crime

To these problems is grafted another size: various facts reported by the press seem to confirm that some influential people of the "middle" have converted into the exploitation of "jackpots" and engage in severe competition to monopolize this very lucrative activity.

"To ensure huge profits guaranteed without much effort, an entire organization has been set up with ghost companies and managers straw. On the other hand, all types of habitual criminals, robbers or converted pimps, have found in this way the means to acquire a semblance of legal virginity. Here they have become placers, deliverymen, installers, representatives of these slot machine companies. Since not everyone works for the same boss, rivalries inevitably sharpen. And as one has kept the prompt reflex and the taste of verdicts without appeal, it can end with a proper execution. "

These settlements of account provoked by the lusts aroused by the market of the slot machines do not seem circumscribed to the only region Paris. Another article published two years later in the same daily confirms it. It lists a long series of abuses committed in other French cities [25] [25] "The assassination of Michel Bajard, machinery manager …. The same day, the article" The jackpots out of play "of Jean-Charles Reix published in Le Figaro also alludes to the case of Corsica where the "death toll is considerably higher" and that of the North of France which "was not spared". This phenomenon does not leave the authorities insensitive. In Marseille, the public authorities decided to act locally at the end of February 1980 by banning these devices [26] [26] "The prefect took, last Friday, a decree prohibiting ….

However, it was not until 1983 that the national political class really began to be indignant. At the beginning of this year, Lot-et-Garonne Senator Henri Caillavet (radical left attached to the group of the Democratic Left) calls on Prime Minister Pierre Mauroy to ask him to stop the development of slot machines, which "benefits more and more to the underworld, some pimps finding in this substitution outrageous benefits "[27] [27] Written question n ° 10041 published in the OJ of February 10 … Four months later, Georgina Dufoix (secretary of State to the Minister of Social Affairs and Solidarity, responsible for the family) officially recognizes that these acts are a determining factor motivated the socialist government to draft a bill to outlaw the use of these devices [28] [28] "In addition to these obvious disadvantages on the plane ….

The challenged State's decisions: import authorization and "Fabius vignette"

This article then indicates that this development has been particularly damaging since many individuals took advantage of it to obtain machinery abroad (notably in Luxembourg and Belgium where they were banned from 1974) and to install them in most French regions. In this way, they skilfully managed to circumvent the legislative device in force and managed to mislead the authorities or even sometimes to benefit from their complaisance:

"The operators, by amalgamating the slot machines with the amusement machines, paid to the municipalities, which often close the eyes, the amount of the obligatory vignettes and the tax on the spectacles. And the trick is played, although the law of 1937 remains in force. "

And this article concludes by highlighting not only the "loss of profits" that this phenomenon causes for the state but also insisting on the one, vigorously denounced by the representative of their union, that it causes automatic devices:

The adoption of Article 33 of the Finance Act for 1982 (Law No. 81-1160 of 30 December 1981) constitutes the second factor that has favored the considerable development of slot machines. Indeed, wishing to increase the resources of the public treasury thanks to the windfall represented by the automatic machines, the Minister of Economy and Finance of the newly established socialist government manages to obtain from Parliament that they be subject to the tax . Commonly referred to as "vignette Fabius", the state tax then instituted is fixed between 1,000 and 1,500 francs for pinballs [31] [31] For a critique of this tax measure presented …. It imposes Also, up to 5,000 francs a year, all devices "whose operation is based on chance and which distribute amusement tokens or can give rise to multiple free spins".

The Ministry of the Economy and Finance will indicate that it was possible to tax certain activities punishable by law (the case of prostitution being, in this respect, presented as particularly significant) without bringing any judgment to them. ethics. It will also argue that the terms of section 33 of its Finance Act explicitly refer to automatic devices and not to their eventual exploitation for other purposes. Nevertheless, it is clear that its measure, often considered a semi-official recognition of slot machines, will encourage many coffee makers to install them in their establishment.

"From the moment a particular article of the general tax code taxes an activity, it seems to me easy to admit that a non-juridical mind can assimilate and think that what is taxed is legal. It must be said that the Directorate General of Taxation has been very far in assimilating its role to that of the State services because, in the circular that was sent in February 1982 to the tax inspectors who have s' to occupy this case, figure a paragraph whose nature will leave the Senate a little dreamer: "The imposition of the annual state tax of this category of devices results from the only statement of their existence". Until then, there is nothing abnormal. "She does not dispense the service" - so it's an order! - "to report the existence to the police authorities […]". In other words, in official administrative documents, the Tax Branch does not hesitate for a single second to require its agents to conduct a complete, accurate and complete census of the targeted devices that are here or there, then, then - it know so well that the devices are illegal - to tell them the order, once the money is recovered, of course - let nothing get lost! - to rush immediately to the first police station that came to drag the unfortunate cafeer who has just been taxed in court for holding an illegal machine! [33] [33] OJ, Senate, Debates, meeting of June 30, 1983, p. 2161 »

"There is an obvious contradiction of law between Article 410 of the Penal Code and the Finance Act for 1982. Indeed, the taxation of slot machines legalizes them, but the Penal Code prohibits them. As a result, one of two things happens: either the criminal law is changed, or the tax law is repealed. It seems difficult, if not impossible, to change the criminal law. We must therefore repeal the tax law. The resulting loss of revenue could be offset by an increase in the tax on imported spirits [34] [34] Bill 173, Senate, OJ, first session …. "

The measures adopted by the socialist government on July 12, 1983 "harden" certain provisions of the decree-law of August 31, 1937 taken under the Popular Front. However, they do not get the consent of the whole political class. The parliamentary opposition of the center and of the right opposes it above all: it then pronounces itself in favor of the introduction of the slot machines in the casinos. His initiative is nonetheless vigorously opposed by the Government and the majority groups in the National Assembly who are anxious to denounce its untimely and dangerous nature.

The adoption of the law of 12 July 1983

Tabled on the office of the National Assembly in April 1983, Bill 1454 co-signed by Pierre Mauroy (Prime Minister) and Gaston Deferre (Minister of the Interior) intends to prohibit certain gaming devices [35] [35] See National Assembly, OJ, seventh legislature, …. This text is in particular following an initiative taken, during the previous legislature, by Jean-Pierre Pierre-Bloch (UDF deputy of the twenty-seventh district of Paris) whose Bill 758 envisaged stricter punishment for the keeping of games of chance on public roads by tightening the penalties set by Article 410 of the Penal Code. [36] [36] See, for example, Report No. 1125 on this proposal …. By submitting this bill to the approval of parliamentarians, the ambition of the Government is to overcome the shortcomings of the decree-law taken in August 1937 whose application is now extremely delicate.

On the one hand, the installation of multi-part appliances in some cafes is not in itself an offense liable to fall within the scope of the offense provided for by this Decree because these machines are presented as mere entertainment providing no coin or no token to the players who play it. Indeed, the Court of Cassation recognized this principle by stating that the authorities were not authorized to repress the use of automatic devices on the sole ground that they could possibly give rise to repayment in cash of the figures displayed on their counter resulting from a gaming agreement between the keeper and the player.

On the other hand, because of the position taken by the supreme court, the only way to make effective the sanctions provided for by the decree of 1937 is to provide evidence that such a gambling agreement has been concluded. However, for the public authorities, this condition is particularly restrictive because it forces them to systematically find the flagrant offense.

It is therefore to prevent the paralysis of police officers in the exercise of their repressive mission that the socialist government will decide to ban not only the installation but also the importation, manufacture, detention, the provision of third parties and the exploitation in public places of all devices based on chance and providing direct or indirect benefits in kind, even in the form of free spins. After long weeks of discussion, his plan repealing the provisions of the decree of August 1937 is adopted by the Parliament and becomes the law n ° 03-628 of July 12th, 1983 [39] [39] See OJ, July 13th, 1983, p. 2154 .. This text also provides for the seizure of machinery by judicial police officers and their eventual destruction by decision of the judge who, in addition, may order the closure of institutions that have hosted them.

The evocation of an alternative solution: implanting slot machines in casinos

The risk of seeing some French companies that manufacture automatic devices collapse or the too short period of time for retailers to separate from the slot machines installed in their establishments are some of the objections raised by the opposition to the Law No. 1454 during the debates leading to the adoption of the law of July 12, 1983. However, the most heated controversy will mainly be occasioned by its proposal to allow the implementation of slot machines in casinos [40] [40] Apart from some exceptions granted to some ….

Under the previous legislature, this idea had already been suggested by Pierre Salvi (centrist senator of Val-d'Oise) and Richard Pouille (senator of the Meurthe-et-Moselle attached to the group of republicans and independents) in an amendment they tabled to amend Bill 758, by which Jean-Pierre Pierre-Bloch (UDF) advocated, in June 1979, to correct the offense of holding games of chance [41] [41] Senators Pierre Salvi and Richard …. From the beginning of the 1980s, the parliamentary opposition (center and right) took it over and strove to highlight the originality of such a measure which, according to it should enable the Government to more effectively solve the problem of the proliferation of slot machines it faces.

"It's not a matter of making a moral judgment about gambling, because I do not think it's the subject of debate. For some, it is a passion, for others a distraction, for others, finally, a vice. In any case, it is a reality, and we are not there to deny it. Moreover, the legislator has taken note of it for years since it has organized in casinos called the practice of games of chance, to meet needs […]. You are going, by a stroke of the pen, to ban slot machines in French casinos, all over France. The consequences of this ban? A clandestine operation, which you can not control, while the casinos could have exploited these slot machines on a regular basis […]. You will see that, in a few months or years, you will have problems because of the illegal exploitation of slot machines throughout the territory, whether in certain drinking places or in certain game circles that will be created in a fashion. quite discreet, if not secret. […] Do you not fear, like Mr. Forni, that the total elimination of the machines does not lead to a situation worse than the current situation? [43] [43] National Assembly, OJ, debates, second sitting of … »

This argument to assert the benefits inherent in the installation of slot machines in casinos is also put forward by other elected center and right that are then in the Senate majority. Entérinée par la commission des lois de cette chambre, leur position est résumée par Guy Petit, sénateur des Pyrénées-Atlantiques (Union des républicains et indépendants) :

Cette mesure est considérée par nombre d'élus de droite comme d'autant plus légitime que les casinos étrangers en bénéficient déjà et font ainsi une concurrence « déloyale » à ceux établis sur le territoire national. C'est la raison pour laquelle, dès 1979, la commission des lois du Sénat avait soutenu l'amendement rédigé par les sénateurs Pierre Salvi et Richard Pouille en tentant de démontrer combien la légalisation des machines à sous dans la principauté de Monaco était préjudiciable aux établissements de jeux français [47][47] Cf. Sénat, JO, débats, séance du 29 mai 1980, p. 2…. Par la suite, cette idée sera de nombreuses fois reprise et le sénateur Guy Petit évoquera même, pour montrer à quel point les machines à sous seraient profitables aux casinos de l'hexagone, l'exception que constitue un des casinos situé en Nouvelle-Calédonie [48][48] « Il existe, dans les territoires d'outre-mer, un casino….

De plus, l'instauration des machines à sous dans les casinos apparaît bénéfique à l'opposition parlementaire d'alors non seulement en raison des sommes conséquentes que l'État pourrait en tirer en instituant une taxation appropriée mais aussi parce que beaucoup d'industries françaises de fabrication d'appareils automatiques profiteraient directement de la création de ce nouveau marché. Si le gouvernement socialiste refuse de faire ce choix, indique par exemple Jacques Larché (sénateur de la Seine-et-Marne, Union des républicains et indépendants), ce sont entre 150 et 300 personnes de plus qui risquent de se retrouver au chômage [49][49] Cf. Sénat, JO, débats, séance du 30 juin 1983, p. ….

L'intransigeance gouvernementale

En 1980, le gouvernement de Raymond Barre s'était déjà opposé à l'adoption de l'amendement des sénateurs Pierre Salvi et Richard Pouille. Au sénateur Guy Petit qui, durant les débats à la Chambre Haute, laisse supposer que son contenu suscite l'approbation de certains ministres, Jean-Paul Mourot (secrétaire d'État auprès du ministre de la Justice) répond alors avec fermeté :

« N'opposez pas les membres du Gouvernement les uns aux autres. J'ai eu connaissance, bien entendu, de la lettre que vous a adressée M. le ministre de l'Intérieur ; il ne prend aucun engagement. Ne me dites pas non plus que M. Papon, ministre du Budget, vous a donné un certain nombre d'assurances. Il existe une solidarité gouvernementale, et vous le savez mieux que quiconque. Soyez alors assuré que tous les membres du Gouvernement souhaitent, à l'heure actuelle, qu'on n'introduise pas en France, en quelque lieu que ce soit, ces machines à sous [51][51] Sénat, JO, débats, séance du 29 mai 1980, p. 2203.. »

« En outre, monsieur Guy Petit, vous ne me proposez rien. Vous dites au Gouvernement que vous comprenez parfaitement la difficulté de contrôler ces quelque 20 000 machines – c'est une estimation – introduites clandestinement sur le territoire national et qui fonctionnent à l'heure actuelle. Vous proposez simplement d'en introduire d'autres en les plaçant dans des lieux, où, selon vous, elles seraient mieux contrôlées. Je vous l'accorde, mais qu'adviendra-t-il des 20 000 machines qui ont été introduites en France ? Vous l'avez dit vous-même, c'est là que se situe le problème et nous devrions d'abord régler cette difficulté avant de voir s'il est possible de faire quelque chose d'un point de vue global [52][52] Ibid. p. 2204.. »

L'évaluation des multiples problèmes que risquerait d'engendrer la mise en place de ces appareils dans les casinos est aussi à l'origine de l'hostilité exprimée par le gouvernement dirigé par Pierre Mauroy. Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur chargé de la sécurité publique, Joseph Franceschi en expose la nature : l'emprise éventuelle du « milieu » sur les sociétés exploitant les casinos ; l'implantation massive des machines à sous dans les plus grands des casinos qui déséquilibrerait l'ensemble du secteur à leur profit ; l'impossibilité pour les autorités de s'opposer à des demandes accrues d'ouverture de nouveaux établissements ou encore l'importation d'une énorme quantité de machines à sous en provenance de la Communauté européenne qui, difficilement contrôlable par les services douaniers, contribuerait à alimenter significativement les salles de jeux clandestines [54][54] Cf. Sénat, JO, débats, séance du 27 juin 1983, p. ….

Le caractère incompatible des points de vue défendus par l'opposition et le Gouvernement sur la question de l'introduction des machines à sous dans les casinos explique la difficulté que ce dernier éprouvera à imposer son projet de loi n° 1454. Bien qu'initialement voté par l'Assemblée nationale, ce texte fera l'objet d'une obstruction systématique de la part de la majorité sénatoriale. Cependant, le Gouvernement se montrera particulièrement déterminé à ne rien lui concéder et mobilisera toutes les subtilités de la procédure législative pour imposer ses choix : après avoir rejeté le compromis résultant des conclusions établies par une Commission mixte paritaire, il décidera d'utiliser le vote bloqué sur l'ensemble de son texte et de le faire adopter en quatrième lecture par la seule Chambre basse.

Votée par la nouvelle majorité issue des élections législatives de mars 1986, la loi n° 87-306 du 5 mai 1987 va autoriser l'implantation des machines à sous dans les casinos. Huit mois plus tard, le Parlement favorisera la diffusion de ces machines en introduisant, dans le titre VI (« Dispositions relatives au financement des collectivités locales à vocation touristique ») de la loi du 5 janvier 1988 d'amélioration de la décentralisation, un article 57 qui permet, sous certaines conditions, aux casinos de s'implanter au cœur des plus grandes cités françaises [57][57] « À compter du 1er janvier 1988, l'ensemble des dispositions….

Ces textes constituent le contre-pied des dispositions précédemment mises en vigueur par les dirigeants socialistes. Reprenant nombre d'arguments qu'ils avaient déjà évoqués en 1983, le premier gouvernement de cohabitation et la majorité parlementaire qui le soutient s'efforcent surtout, en 1986-1987, d'ériger la mise en place des machines à sous dans les casinos au rang d'enjeu vital pour le pays. Ayant déjà fait l'objet de quelques réflexions lors des débats qui ont conduit à l'adoption de la loi de juillet 1983, la dimension éthique à laquelle renvoie cette mesure va alors véritablement être placée au cœur d'une vive polémique opposant la droite et la gauche. En effet, les élus socialistes et communistes insisteront essentiellement sur l'aspect immoral de la disposition qu'envisagent de rendre effective le Gouvernement et sa majorité parlementaire. Face aux critiques formulées par l'opposition qui s'articulent autour de ce thème, la principale stratégie du gouvernement et de la majorité consistera à mettre en évidence les contradictions flagrantes existant entre les propos et les actes de leurs détracteurs.

Comme sous la législature précédente, les membres du nouveau gouvernement de Jacques Chirac et les parlementaires UDF-RPR s'évertuent à mettre en évidence la « crise » aiguë que traverse toujours le secteur des casinos en France. Les mêmes facteurs sont, de manière récurrente, évoqués en vue de l'expliquer : la concurrence étrangère sans cesse davantage exacerbée (car nombre de pays voisins viennent d'accepter l'exploitation des machines à sous dans leurs casinos : Espagne, Belgique, Grande-Bretagne et Allemagne [58][58] Comme le précise par exemple Léonce Deprez (député…), le décalage grandissant entre les aspirations de la clientèle et les types de jeux disponibles dans les casinos de l'hexagone, l'aspect désuet de la réglementation et de la législation française en matière de jeu ou encore le prélèvement trop important effectué par l'État sur le Produit Brut des Jeux.

Pour montrer la gravité des difficultés économiques dont pâtissent les casinos installés sur le territoire national, certains parlementaires de la majorité n'hésitent pas à se livrer à une minutieuse entreprise de comptabilité [59][59] Ainsi, dans un rapport rédigé au nom de la commission…. Un constat alarmiste identique est établi par Paul Girod dans un rapport réalisé pour le compte de la commission des lois constitutionnelles du Sénat. Ce dernier contient notamment un tableau qui, produit à l'appui de la démonstration de son auteur, présente des données détaillées illustrant la baisse sensible de la fréquentation des casinos sur la période allant de 1983 à 1986 [60][60] Sénat, rapport n° 190, JO, huitième législature, seconde….

Cette récession de l'activité des casinos est présentée comme particulièrement inquiétante puisque le travail d'environ dix mille personnes en dépend directement. Cependant, comme le souligne Yves Galland (ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur, chargé des collectivités locales) devant les sénateurs, la nécessité d'agir pour remettre à flot les casinos n'est pas uniquement motivée par la priorité que représente la préservation de ces emplois :

« La proposition de loi qui vous est présentée vise à rétablir la situation d'un secteur important pour l'industrie touristique et la balance des paiements de notre pays […]. Porter remède à ce secteur d'activité apparaît pour le moins souhaitable car il dégage un volume d'affaires de 2 milliards de francs […] ; il est étroitement lié à l'industrie touristique des stations balnéaires, thermales et climatiques ; il constitue, enfin, une source de devises – plus de 700 millions en 1986 – qui ne doit pas être négligée [61][61] Sénat, débats, JO, séance du 28 avril 1987, p. 507. »

Au regard de l'ensemble de ces arguments, l'idée d'implanter des machines à sous dans les casinos est donc, selon le Gouvernement et la majorité parlementaire, pleinement justifiée dans l'intérêt même de la France. Complétant la baisse de la taxation étatique sur les casinos qui résulte du vote de l'article 27 de la loi de finances pour 1987 [63][63] Cet article prévoit que l'État calculera dorénavant…, cette mesure est considérée comme d'autant plus légitime que des circonstances favorables sont désormais censées pleinement jouer en faveur de son application. D'une part, en septembre 1986, le Gouvernement a déjà partiellement levé l'interdiction des machines à sous en autorisant, sous certaines conditions, leur usage dans les fêtes foraines [64][64] Cf. sur ce point le paragraphe IV de l'article 15 de…. D'autre part, le problème de l'exploitation illicite de ces appareils dans les cafés semble en grande partie résolu [65][65] Cf. JO, Assemblée nationale, Rapport n° 565, op. c… :

« Selon les renseignements recueillis, dans les quatre mois qui ont suivi la publication de la loi du 12 juillet 1983, plus de 95 % des appareils (pokers vidéos et machines à rouleaux) ont été retirés des bars. Seule une exploitation marginale subsiste entraînant l'intervention des services de police ou de gendarmerie et la saisie des appareils. Les exploitants des débits de boisson concernés font alors l'objet d'une fermeture de leur établissement par les commissaires de la République, indépendamment des poursuites judiciaires engagées. Il est à noter que la Direction des douanes exerce un contrôle très strict sur les machines importées, y compris sur les pièces détachées. "

De surcroît, les effets indésirables que pourrait engendrer la mise en place des machines à sous dans les casinos font l'objet d'un discours systématique d'euphémisation dont le contenu insiste sur les nombreux « garde-fous » qui entoureront la mise en œuvre d'une telle mesure. Tout d'abord, les sociétés qui vendront ou assureront la maintenance de ces machines seront impérativement soumises à l'agrément du ministère de l'Intérieur. Ensuite, leur autorisation d'exploitation nécessitera un avis favorable émis par la Commission supérieure des jeux [66][66] Créée en 1934, cette commission composée d'élus et…. Enfin, les établissements souhaitant les mettre à la disposition du public ne pourront y recourir que s'ils administrent déjà un autre jeu admis par la loi. En outre, ils devront les acquérir à l'état neuf et appliquer un taux de redistribution qui sera strictement contrôlé par les autorités.

Affiché par ceux qui soutiennent l'idée d'introduire les machines à sous dans les casinos autorisés, l'objectif de défense des intérêts supérieurs du pays dissimulerait en réalité d'autres desseins moins nobles : ceux de puissants lobbies ayant trouvé un relais utile auprès de certains représentants de la nation qui sont également maires de communes où existe un casino. Ainsi, en décembre 1986, le député Jean-Pierre Michel le déplore au nom du groupe socialiste de l'Assemblée nationale [67][67] « Aujourd'hui on nous demande de discuter une proposition…. Ce député de la Haute-Saône exprime aussi sa crainte de voir l'introduction des machines à sous dans les casinos gangrener ce secteur d'activité par le grand banditisme car l'exploitation de ces appareils a jusqu'alors régulièrement été à l'origine d'une multitude de pratiques délinquantes et criminelles. Il voit encore dans ces appareils un danger car, selon lui, leurs caractéristiques intrinsèques incitent surtout la frange de la population qui dispose des revenus les plus modestes à y jouer, au risque de fragiliser davantage sa situation déjà précaire [68][68] Ibid., p. 7722. :

« Celle-ci sera plus attirée par les machines à sous, car c'est plus simple, que par les jeux traditionnels de casino : boule, jeux de cartes, baccara, etc. […]. On fait appel à cette clientèle au moment où ses revenus sont en baisse. On lui dit : “Vos revenus sont en baisse. Vous êtes peut-être au chômage. Le pain on vous le donne à peine, mais on va vous donner des jeux ! Allez donc jouer dans les casinos !” […] On se croirait revenu au Bas-Empire romain ! […] Tout cela me paraît de très mauvaise politique et – si tant est que ce mot puisse être prononcé ici – tout à fait immoral par rapport à la situation de nos concitoyens. "

Les critiques émanant des parlementaires communistes sont encore plus acerbes. Cet extrait de l'exposé des motifs d'une proposition de loi, qu'ils s'empresseront de déposer sur le bureau de l'Assemblée nationale dès le nouveau changement de majorité survenu en 1988, résume un des aspects essentiels de leur position :

« Vous encouragez les activités ludiques et le boursicotage […]. Ce petit texte d'apparence anodine encourage les activités les plus viles où l'argent est joué, gâché et blanchi autant que de besoin […]. Alors que votre société se révèle incapable de donner un emploi à chacun, d'épanouir l'individu dans la connaissance et le travail utile, vous tentez d'accréditer l'idée selon laquelle il serait possible de prospérer, voire de s'enrichir non pas en travaillant mais en jouant […]. Décidément, ce texte n'est défendable ni sur le plan politique, ni sur le plan économique, ni sur le plan moral ».

« On a parlé de rentrées de devises à propos des casinos. Je suis d'une région frontalière avec le Luxembourg et la République Fédérale d'Allemagne. Au Luxembourg, à deux pas de chez moi, le casino qui se trouve dans la ville de Mondorf fait rentrer des devises. Toutefois, il existe d'autres sources de devises, aussi bien au Luxembourg qu'en République Fédérale d'Allemagne dont nous ne bénéficions pas en France : je pense aux Eros centers par exemple. Voulez-vous que nous en installions en France ? Cela ferait également rentrer des devises ? Vous rendez-vous compte du niveau auquel vous placez la morale ? "

Pour parer ces critiques, le Gouvernement et la majorité s'appliqueront à dénoncer le caractère intenable de la position dans laquelle se trouvent ceux qui les énoncent. Ainsi, le député UDF Léonce Deprez s'étonnera de voir le groupe socialiste de l'Assemblée nationale s'opposer à des mesures visant à dynamiser le secteur touristique français par la relance de l'activité des casinos alors que certains de ses membres ont pu être amenés localement à prendre des initiatives allant dans ce sens. Le cas de Christian Goux (alors député socialiste du Var) sera cité : maire de Bandol, il avait pris la décision de procéder à la réouverture du casino de cette ville « en insistant sur l'aspect économique qu'un casino revêt pour une station et sur la nécessité de permettre au casino de Bandol de vivre » [75][75] Assemblée nationale, débats, JO, 1re séance du 17 décembre….

« Le 8 octobre 1981, le pari-quinté est devenu hebdomadaire alors qu'il était d'une fréquence beaucoup plus irrégulière ; le 3 janvier 1982, le pari-super couplé s'est transformé en pari trio urbain ; le 18 septembre 1985 a été créé le pari Derby […]. Dans le domaine des loteries […] on a assisté les 7 et 10 mars 1984 à l'organisation du premier tirage du loto national et à la création du bonus ; le 30 juin 1984, à la création du super bonus ; les 17 et 19 avril 1985, aux premiers tirages d'un loto sportif […] lequel a connu peu de succès, ce qui a entraîné sa modification en concours de pronostics de football ; et le 11 septembre 1985, au premier tirage de la loterie instantanée qui s'appelle également tac-o-tac. Aussi, monsieur Michel, en matière de jeux, de loterie, de courses de chevaux, qui s'adresse à la clientèle moyenne en particulier, il est des leçons de morale qu'il faut donner avec précaution et en tout cas pas à ce Gouvernement. "

Afin de faire ressortir le caractère paradoxal du point de vue défendu par Jacqueline Fraysse-Cazalis, c'est encore Louis Virapoullé (sénateur UDF de la Réunion) qui lui indiquera : « Le plus grand fabricant de machines à sous de France métropolitaine est un conseiller municipal communiste [77][77] Sénat, débats, JO, séance du 28 avril 1987, p. 514. » À l'Assemblée nationale, le discours moralisateur du député communiste Paul Chomat sera surtout condamné par Louise Moreau, député-maire de Mandelieu, qui s'ingéniera à montrer combien les bénéfices dégagés par les casinos situés sur la Côte d'Azur profitent de manière directe ou indirecte aux familles les plus démunies [78][78] Assemblée nationale, débats, JO, 1re séance du 17 décembre… :

« Grâce à mon casino, j'ai pu l'année dernière, payer trois semaines de vacances à quarante enfants de ma commune […]. Dans une petite ville comme Bandol, le prélèvement sur les jeux au bénéfice de la commune est de 280 millions de centimes et le loyer payé par le casino de 60 millions de centimes, soit au total 340 millions de centimes. Le budget total de la commune est de 1,2 milliard de centimes. Si le casino n'existait plus, il faudrait augmenter les impôts locaux de 30 % ».

« En ce qui concerne la moralisation de ces machines à sous, il vaut mieux, à notre avis, réglementer pour pouvoir contrôler, plutôt que de laisser ce secteur dans l'ombre à la merci de quelques bandes organisées. Force est de constater que, si la prostitution avait été réglementée et contrôlée, nous n'aurions pas connu l'épidémie de Sida que subit actuellement notre pays […]. Si l'on veut moraliser, il nous paraîtrait plus urgent, pour notre part, de commencer par moraliser la vie publique […]. Dans une société qui prend en charge l'infanticide dans le ventre des mères, l'objection de moralité est très mal venue. "

Lors des débats parlementaires qui se sont déroulés au cours des années 1980, une idée a souvent été évoquée : la mise en place des machines à sous dans les casinos constituerait un moyen de mieux contrôler celles qui, implantées dans d'autres lieux, sont utilisées d'une manière illicite.

Dans le même temps, les médias se sont de plus en plus fait l'écho des analyses développées sur l'addiction au jeu par A. Achour, M. Valleur, C. Bucher et J.-P. Martignoni-Hutin qui insistaient sur les caractéristiques intrinsèques des machines à sous et mettaient en garde contre les effets nocifs générés par la massification et la démocratisation de ces appareils [83][83] Cf. notamment les articles de presses suivants :. Certains de ces acteurs ont même décidé d'inciter l'État à agir. En effet, le 25 juin 2001, une initiative a été prise par J.-P. Martignoni-Hutin et C. Bucher : la publication dans Les Échos d'un « manifeste » qui, intitulé « Prolifération des jeux d'argent, misère de la recherche », appelait à la création d'un Observatoire national des pratiques ludiques. Quelques mois plus tard, cette initiative s'est accompagnée de la publication d'un second article dans la revue Cahier Espaces [84][84] N° 70, septembre 2001. : « Pour la création d'un observatoire national des pratiques ludiques ». Cet article au contenu similaire à celui du texte de juin 2001 était signé par les mêmes auteurs, mais aussi par M. Valleur et F. Freundlich (historien travaillant sur le jeu).

La promotion d'un tel Observatoire avait pour objectif de sensibiliser les pouvoirs publics sur la nécessité de mettre en place en France une politique des jeux. Aux yeux de ses promoteurs, l'instauration de cet Observatoire apparaissait impérative non seulement en raison de l'extension du parc des machines à sous des casinotiers mais aussi, plus généralement, du fait du succès grandissant rencontré par un nombre croissant de jeux de hasard (y compris sur internet) susceptibles d'engendrer de multiples conséquences préjudiciables pour les individus s'y adonnant. L'idée suggérée aux autorités était donc d'œuvrer en faveur de la création d'une telle institution qui aurait été amenée à devenir le véritable pivot d'une politique des jeux en initiant des recherches, en contribuant à la diffusion de données objectives ou encore en conduisant des actions de nature préventive.

Malgré l'importance des questions qu'elle soulevait et des enjeux auxquels elle entendait s'intéresser, cette démarche n'a pas produit l'effet escompté par ses initiateurs. Seul le sénateur Trucy en cautionnera le principe dans son rapport de 2002 intitulé Les jeux de hasard et d'argent en France : l'État croupier, le Parlement croupion ? , mais son soutien n'aura aucune incidence concrète. Face à l'absence de réaction forte de la part des instances étatiques, J.-P. Martignoni-Hutin, C. Bucher et M. Valleur n'ont cependant pas renoncé à leur projet. Afin de réaffirmer leur détermination et d'inciter les autorités à prendre en considération leurs revendications, ils ont, de manière très symbolique, constitué, en septembre 2003, une association portant le nom d'« Observatoire des jeux » [85][85] Le bureau de cette association est composée des membres…. L'objectif affiché de cette association visait, une nouvelle fois, à contribuer à l'émergence et à la conduite d'une véritable politique des jeux [86][86] Cf. l'article de J.-P. Martignoni-Hutin, C. Bucher,… en interpellant les pouvoirs publics. J.-P. Martignoni-Hutin indiquera que, devant la passivité de l'État, cet Observatoire visait à « combler une lacune et relancer un débat qui tarde trop à s'organiser » [87][87] Propos recueillis dans Jean-Michel Décugis, « Joueurs…. M. Valleur tiendra le même discours : accusant l'État de « n'avoir rien vu venir » en matière de dépendance au jeu, il précisera que la création de cet Observatoire avait pour but de « susciter son intérêt sur un sujet qu'il délaisse » [88][88] Propos publiés dans Marc Payet, « Un observatoire pour…. D'ailleurs, les membres de l'association avaient, de manière délibérée, veillé à rédiger ses statuts de manière à responsabiliser les autorités et à les pousser à agir [89][89] « Les fondateurs sont convenus que la création par…. De l'aveu même de M. Valleur :

Selon lui, il ne serait pourtant pas difficile de poursuivre les objectifs ayant sous-tendu la création de l'Observatoire des jeux s'il existait une réelle volonté politique prenant la forme d'une impulsion et d'une coordination à l'échelon interministériel.

Force est cependant de constater que, du fait de cette absence de coordination gouvernementale, les réponses publiques tardives apportées au problème du jeu compulsif s'opèrent de manière sectorisée. Ainsi, alors que le ministère de l'Intérieur œuvre en faveur de l'instauration des contrôles d'identité à l'entrée des salles des machines à sous des casinos [91][91] Le 5 janvier 2006 a été conclu entre le ministre de…, le ministère de l'Économie vient, dans un décret de février 2006 [92][92] Décret n° 2006-174 du 17 février 2006 relatif à l'organisation…, de renforcer les contraintes pesant sur la Française des Jeux en lui imposant « d'encadrer la consommation de jeux afin de prévenir les phénomènes de dépendance » et en instituant un « comité consultatif pour la mise en œuvre de la politique d'encadrement des jeux et du jeu responsable » [93][93] Cf. notamment sur ce point Renée Carton, « Dealer honteux »,…. Ce décret a notamment été adopté en vue de faire face à l'arrêt Gambelli (2003) de la Cour européenne de justice qui subordonne la restriction étatique de l'offre de jeu en provenance de pays tiers à la mise en œuvre d'une politique de canalisation du jeu [94][94] Pour une réflexion sur le décret du 17 février 2006….

Si ce décret marque une réelle évolution dans la mesure où l'État reconnaît pour la première fois que les casinos (et en particulier les machines à sous) ne sont plus les seuls à être concernés par des mesures relatives à l'addiction, il ne constitue pas forcément une étape décisive vers un traitement coordonné de cet enjeu par les pouvoirs publics tant les rapports entre les différents opérateurs de jeux se sont « tendus » ces dernières années.

En effet, ces opérateurs sont entrés dans une concurrence féroce en termes de parts de marché et les conflits d'intérêts qui les opposent semblent peu propices à l'émergence d'une solution négociée en matière de prévention du jeu pathologique [95][95] J.-P. Martignoni-Hutin rappelle qu'en 2004 devait se… impliquant forcément des « concessions » contraires à leurs logiques financières dont profite aussi directement l'État [96][96] L'Expansion souligne par exemple qu'en 2004, sur les…. Ainsi, si les casinotiers (mais aussi la presse [97][97] Cf. notamment : Jean-Michel Decugis : « Rapido : l'effet…) ont, de manière récurrente, stigmatisé les effets délétères d'un jeu comme le Rapido développé par la Française des Jeux, le directeur de cette dernière rappelle qu'il ne joue qu'un rôle mineur dans la croissance du chiffre d'affaire de cette entreprise et précise : « La question de la dépendance est désormais posée. Nous ne l'observons pas de manière statistique. Le comportement moyen du joueur est raisonnable [98][98] Interview de Christophe Blanchard-Dignac : « Les règles…. »

Le Produit Brut des Jeux des casinos est constitué du Produit Brut des jeux de tables traditionnels et de celui des machines à sous. Il représente la somme que tous les casinos encaissent après avoir redistribué les gains aux joueurs, mais avant les différentes taxations dont elles font l'objet.

Cette tolérance est notamment prévue dans une circulaire du 22 juin 1909 que le ministre de l'Intérieur Georges Clémenceau adresse à tous les préfets, au préfet de Police de Paris ainsi qu'au Gouverneur général de l'Algérie. Elle est même rapidement « légalisée » par le Parlement lorsqu'il adopte l'article 39 de la loi de finances du 8 avril 1910.

Le premier parlementaire à s'être inquiété de cette situation est Gabriel Kaspereit (député RPR de la septième circonscription de Paris), comme le montre cet extrait de sa question écrite n° 16932 publiée au JO du 2 juin 1979 dans laquelle il « rappelle à M. le ministre de l'Intérieur qu'il l'avait saisi par lettre, dès le 22 juin 1977, du problème posé par la réapparition en France de “machines à sous” qui sont mises à la disposition du public dans certains débits de boissons. Cette situation est préoccupante car elle constitue une violation des dispositions […] qui proscrivent l'installation dans les lieux publics de tout appareil distributeur d'argent ou de jetons de consommation. Informé par lettres des 22 juillet 1977 et 19 juin 1978 de ce que les services du ministère de l'Intérieur avaient mis ce problème à l'étude, l'auteur de la présente question apprenait le 4 octobre 1978 que de nouveaux délais d'examen s'avéraient nécessaires, le contrôle de l'importation des appareils en cause devant être étudié dans le cadre des accords existant entre les différents pays de la Communauté européenne ».

« Mais comment réagir ? Le flagrant délit dans ce domaine relève du rêve. Seule une modification de la loi – interdisant totalement les machines à sous ou, au contraire, les autorisant sans restriction – pourrait changer les choses. En attendant, les policiers ne peuvent que déclencher des opérations “coup-de-poing” un peu au hasard, ici ou là, et sans espérer faire “sauter la caisse”. » Rédigées dans le journal L'Aurore en juillet 1981 (article intitulé « Haro sur les “jackpots” »), ces quelques lignes seront, par la suite, particulièrement bien illustrées par les propos du député communiste des Hauts-de-Seine Guy Ducoloné qui, à l'Assemblée nationale, mettront en évidence l'ampleur de l'inefficacité des actions conduites par les forces de l'ordre dans la capitale : « L'existence du flagrant délit nécessite le constat du versement illicite des gains. Or la pratique policière et les statistiques judiciaires ont montré l'inadéquation d'une telle exigence. C'est ainsi qu'aucune infraction n'a été constatée sur les 2 730 contrôles opérés en 1982 par la brigade des jeux de Paris. À l'évidence, la maille du filet est trop large. » (Assemblée nationale, JO , débats, séance du 6 mai 1983, p. 947.)

Alors président de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République de l'Assemblée nationale, Raymond Forni avait précisé en mai 1983 « qu'il ne verrait pas, quant à lui, de grave inconvénient à l'installation des machines à sous dans les casinos ». Quelques jours plus tard, cette prise de position contraire à l'avis de cette commission lui inspirera le commentaire suivant : « La commission a tranché et, bien entendu, je m'inclinerai. Mais certains d'entre nous considèrent que le trouble risque d'être plus grand pour l'ordre public si la suppression est totale sur l'ensemble du territoire national que si l'on maintient une soupape de sécurité dans les casinos. "

« Lorsque l'on mesure le degré d'anonymat des salles, où des rangées de joueurs, dans une solitude totale – les images de films sur Las Vegas en portent témoignage – se contentent de presser un bouton pour rechercher une combinaison gagnante, on ne peut que s'inquiéter, et regretter – est-ce de la nostalgie ? – le climat de grande sociabilité de nos anciens cafés. D'un point de vue culturel, les modes de loisir ne sont pas neutres, et les jeux de hasard véhiculent une idéologie individualiste qui n'a d'autres valeurs que l'argent. Dès lors, ce projet de loi a une portée considérable puisqu'il sous-tend une volonté de construire une société de solidarité propice à l'enrichissement humain. » (Intervention du député des Hauts-de-Seine Guy Ducoloné, Assemblée nationale, JO , débats, deuxième séance du 6 mai 1983, p. 946-947.)

« À compter du 1 er janvier 1988, l'ensemble des dispositions applicables aux communes classées stations balnéaires, thermales ou climatiques sont étendues aux villes ou stations touristiques constituant la ville principale d'une agglomération de plus de 500 000 habitants et participant pour plus de 40 %, le cas échéant avec d'autres collectivités territoriales, au fonctionnement d'un centre dramatique national, d'un orchestre

national et d'un théâtre d'opéra présentant en saison une activité régulière d'au moins vingt représentations lyriques », JO , 6 janvier 1988, p. 216. Cette disposition résulte de l'adoption d'un amendement déposé par Dominique Perben et Pierre Mazeaud qui ne fera l'objet d'aucune véritable discussion au Parlement. Dominique Perben se contente de déclarer : « Il s'agit d'autoriser certaines grandes villes qui font un effort dans le domaine culturel et dans le domaine de leur promotion à bénéficier d'un label qui, je le signale, n'a pas de conséquence financière sur les dotations communales ». Quant à lui, le ministre chargé des collectivités locales précise : « Cet amendement est effectivement neutre, en particulier au regard de la dotation touristique. C'est pourquoi le Gouvernement s'en remet à la sagesse de l'Assemblée », Assemblée nationale, débats, JO. , 1 re séance du 16 décembre 1987, p. 7511.

Créée en 1934, cette commission composée d'élus et de hauts fonctionnaires a pour mission de se prononcer sur les demandes d'autorisation et de renouvellement de jeux dans les casinos afin d'éclairer les décisions du ministre de l'Intérieur.

Assemblée nationale, proposition de loi n° 112 tendant à interdire les jeux de hasard dans les casinos, neuvième législature, session de droit en application de l'article 12 de la constitution, annexe au procès-verbal de la séance du 6 juillet 1988.

« La section judiciaire de la Sous-Direction des Courses et Jeux de la Direction centrale des renseignements généraux mène différentes actions contre des réseaux d'exploitation illégale de machines à sous dans les débits de boisson. En 1997, son activité a été marquée par le démantèlement de plusieurs réseaux d'appareils de jeux de hasard prohibés, placés de manière clandestine dans des débits de boisson, dans le cadre d'enquêtes sur commission rogatoire : 280 machines à sous de type distributeurs alimentaires ont été saisies en juin et juillet de cette même année à Marseille et à Paris ; mise sous scellés de 60 bingos (appareils ressemblant à des flippers et exploités comme des machines à sous) dans les départements du Gard, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône ; saisine en liaison avec le service des douanes de Lyon de 160 machines à sous exploitées dans les bars à Lyon et dans la région Rhône-Alpes et arrestation des membres du réseau. En 1998, 205 bingos en provenance d'Espagne ont été saisis et le traitement de ce dossier, en collaboration avec la police judiciaire de Lille, a abouti à l'arrestation de membres du milieu lillois exploitant un réseau de machines à sous clandestines. Par ailleurs, dans le cadre d'une étude récente consacrée à la répression des machines à sous depuis 1995, la section judiciaire de la Sous-Direction des Courses et des Jeux a tenté de centraliser des indicateurs statistiques, non exhaustifs mais utiles à une connaissance générale du phénomène. Il en ressort que de 1995 à 1998 inclus, les actions menées par les différentes administrations concernées (douanes, gendarmerie, police) ont permis la saisie de 4 760 appareils. » (Extrait de la réponse fournie par le ministère de l'Intérieur à la question n° 30206 posée par le député Thierry Mariani, Assemblée nationale, JO , 26 juillet 1999, p. 4596-4597.)

Le bureau de cette association est composée des membres suivants : « J.-P. Martignoni-Hutin (président), C. Bucher (vice-président), M. Valleur (vice-président) et Matthieu Vincent Beautsar (avocat qui assume la fonction de secrétaire trésorier).

« Les fondateurs sont convenus que la création par les pouvoirs publics d'un observatoire reprenant les missions qui sont actuellement dévolues à l'Observatoire des jeux emportera de plein droit sa dissolution. "

Le 5 janvier 2006 a été conclu entre le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy et « Casinos de France » et « Casinos modernes de France » un « protocole sur la promotion du jeu responsable » imposant les contrôles d'identité à l'entrée des casinos français. Cependant, il existe encore une « contrepartie » au volet « contrôle d'identité » prévu dans cet accord. En effet, l'État s'engage à supprimer le droit de timbre dont les joueurs devaient jusqu'alors s'acquitter pour pouvoir pénétrer dans les salles de jeux traditionnels. Du fait de cette suppression, ces salles pourront donc dorénavant ne plus être séparées de celles où sont installées les machines à sous. De plus, l'accord

comporte aussi d'autres dispositions favorables aux casinos : allègement des démarches administratives pour les autorisations de jeu, assouplissement concernant l'organisation générale des établissements, possibilité de création de nouveaux jeux et adaptation du matériel.

French

En 1987, l'État a autorisé en France l'exploitation des machines à sous dans les casinos. Cette décision a modifié en profondeur le fonctionnement de ces établissements de jeux. Parallèlement, l'extension du parc de ces machines a favorisé l'essor du phénomène de l'addiction au jeu. Cet article s'intéresse aux enjeux sociaux, économiques, technologiques et politiques au cœur de l'ambiguïté qui caractérise l'évolution des choix des pouvoirs publics. Oscillant depuis la fin des années 1970 entre tolérance et prohibition, ils ont finalement conduit à accroître significativement l'offre de jeu légale sur le territoire, alors que la nature des réponses publiques tardives apportées au jeu compulsif met toujours actuellement en évidence l'inexistence d'un véritable traitement coordonné de ce problème à l'échelon gouvernemental.

English

In 1987 the French state authorised casinos to operate slot machines on their premisses. This decision has deeply transformed the functioning of French gambling establishments. At the same time, the resulting expansion of the number of slot machines has fostered an increase in gambling addiction. This paper examines the social, economic, technological and political issues at stake in the authorities' ambiguous and changing position on slot machines since the late 1970s. Swinging between tolerance and prohibition, State choices eventually have led to a significant increase of the supply of legal gambling across France, while the nature and belatedness of state measures against compulsive gambling are continuing evidence of the absence of any true form of coordinated treatment of this problem at state level.